... ALORS ? .....si vous cliquez sur l'image vous accédez au texte momentanément associé, par l'auteur de la Plate-Forme...maintenant et ici....en l'occurrence ..AU EN VOULOIR aux hommes de blesser le monde... de se BLESSER EUX MÊMEs....mais c'est avant tout à la prosension des Hommes à NE RIEN FAIRE du TOUT ...
... ALORS ? .....si vous cliquez sur l'image vous accédez au texte momentanément associé, par l'auteur de la Plate-Forme...maintenant et ici....en l'occurrence au ...TRIOMPHE de l'industrie mercantile ..en 1851 à Hyde Park. ... .
... ALORS ? .....si vous cliquez sur l'image vous accédez au texte associé à l'IMAGE .... en l' occurence au .... TRIOMPHE de la LIBERTE de la rencontre d' amoureuse .. par la renconte numérique ..en France par le Mini-tel rose en 1962 ...
... ALORS ? .....si vous cliquez sur l'image vous accédez au texte momentanément associé, par l'auteur de la Plate-Forme...maintenant et ici....en l'occurrence ..au TRIOMPHE du Plug anal
... ALORS ? .....si vous cliquez sur l'image vous accédez au texte momentanément associé, par l'auteur de la Plate-Forme...maintenant et ici....en l'occurrence ... la DISTRACTION n'a jamais empéché LA REVOLUTION .... ....
... ALORS ? .....si vous cliquez sur l'image vous accédez au texte associé à l'IMAGE .... en l' occurence à lla .... REVELATION de L'ENtre-SEXualité comme désir et amour. Il n’y a pas d’organes ( mâle-femelle) sans amour, il n’y a pas d’amour sans désir.

Articles Publique

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

 

100 000 morts...

Quel symbole peu ordinaire ! Le décompte officiel des morts du Covid19 aux USA a atteint et dépassé les 100 000 le “Jour de la Mémoire” (Memorial Day), qui est la célébration annuelle de tous les soldats US morts au combat en terre étrangère. Quoi qu’on pense de la réalité de Covid19, de la réalité des décomptes, de la validité des décomptes, quoiqu’on échafaude comme complot dans un sens ou l’autre, la  vérité-de-situation est le résultat d’un travail passant par la communication officielle lorsque tout le monde, pour pouvoir continuer à communiquer, choisit de s’y référer, – quoi qu’elle vaille et qu’on en pense, et disant ce qu’on en pense ; et cette “communication officielle” décompte 100 000 mort qui est un chiffre symbolique lui-même, en ce  Memorial Day  si complètement chargé du symbolisme de la guerre.

(Nous parlons ici de symbole et non pas de statistique, parce que nous parlons de la  GCES et pas seulement de la crise-Covid19 réduite à ses récits et complots sanitaires, parce que nous parlons de métahistoire et non de comptabilité.)

Il est difficile de ne pas faire de ces 100 000 morts en ce  Memorial Day un symbole qui concerne aussi bien la pandémie que les États-Unis, que le Système lui-même, toutes choses qui sont si fortement liées entre elles... A moins bien sûr, diraient certains, qu’il n’y ait eu complot dans la communication pour faire correspondre les deux choses ; eh bien non, qu’importe même dans cette hypothèse puisqu’il y a annonce officielle et cette annonce est nécessairement instituée comme référence, – qu’elle soit simulacre ou pas, répétons-le pour qu’on nous entende justement, – et le symbole s’affirme bien comme tel.  Pour nous, le symbole est même la seule chose d’assurée, qui soit une  vérité-de-situation indéniable, – selon la méthode que nous suivons pour ne pas nous priver de commentaire devant les ruines de la réalité désintégrée, – et alors il y a de quoi s’interroger, sinon de quoi frissonner.

Le site trotskiste WSWS.org, qui fait feu de tout bois pour clouer au pilori l’administration Trump, le système capitaliste, les ultra-riches et le Corporate Power exploiteurs et tueurs de pauvres, ne prend pas de gants pour souligner qu’en ce jour de commémoration des soldats tués à la guerre, les bilans des guerres du XXème siècle pour les soldats US (sauf la Deuxième Guerre mondiale) sont tous inférieurs aux 100 000 morts du Covid. Voici un extrait  du texte WSWS.org de ce jour sur le sujet... 

« Aujourd'hui est le Memorial Day, un jour férié officiel pour commémorer les soldats tués dans les guerres américaines à l'étranger. En ce Memorial Day, les conséquences de l’indifférence de l'administration Trump à l’égard de la mort des travailleurs américains et de la subordination de la vie humaine aux profits des entreprises se résument au bilan tragique atteignant et dépassant ce même jour 100 000 morts de COVID-19.
» C’est un fait extraordinaire que les 100 000 personnes officiellement perdues à cause du virus en à peine deux mois dépassent déjà le nombre combiné de morts au combat durant les trois années de la guerre de Corée (33 686) et de la guerre américaine au Vietnam (58 220) qui a duré 11 ans. C'est également près de deux fois le nombre de soldats américains tués pendant la Première Guerre mondiale (53 402).
» Ces pertes humaines stupéfiantes ne sont cependant qu'un début. L'administration Trump salue ce jour de commémoration en promouvant des activités au mépris de toutes les règles de distanciation sociale, ce qui entraînera une forte augmentation des infections et des décès.
» Vendredi, M. Trump a demandé aux gouverneurs de lever toutes les restrictions sur les services religieux. Il fait la promotion d'un remède “miracle” de charlatan ou d’un programme de virus non éprouvé après l’autre, se vantant notamment de prendre lui-même de l’hydroxychloroquine. Samedi, il s'est fait filmer en train de jouer au golf, sans masque, comme c'est le cas pour toutes ses apparitions publiques. Le dimanche, Trump a tweeté : “Les cas, les chiffres et les décès diminuent dans tout le pays !”
» Il s’agit d’un mensonge éhonté. Au niveau national, les nouveaux cas continuent à dépasser les 20 000 par jour, et les nouveaux décès à plus de 1 000. Dans les points chauds comme Montgomery, en Alabama, les hôpitaux sont débordés. Les patients qui se présentent aux hôpitaux de Montgomery sont envoyés à Birmingham. »

Là-dessus, WSWS.org décrit les conditions de relâchement innombrables des fameux “gestes-barrière” durant ce long week-end, prévoyant ainsi de nouvelles relances de la pandémie ; cela, en y ajoutant les conditions de “réouverture” de l’économie dans nombre de territoires et d’États, qui se font, affirme le texte, dans des conditions de protection sanitaire déplorables. La hargne de WSWS.org est innombrable et sans frein, faisant de Trump un “charlatan” qui pose des gestes inconsidérés. Ainsi le site est-il amené à condamner implicitement l’hydroxychloroquine que Trump prendrait régulièrement, le “charlatanisant” un peu plus, et cela risquant de soulever l’ire des défenseurs et partisans du professeurs Raoult.

Quoi qu’il en soit, WSWS.orgenchaîne sur les prévisions très sombres de l’Imperial College de Londres, qu’il ne met pas une seconde en doute. (Là aussi, contestations diverses à attendre, dans cette crise où « Le complotisme règne » ; on fera avec...) Voici donc le passage sur la catastrophe annoncée :

« Étant donné la longue période de gestation qui précède les symptômes, les conséquences[du relâchement des mesures de protection du week-end et de la reprise du travail] seront visibles dans deux semaines. La semaine dernière, l’Imperial College de Londres a publié une étude qui conclut que, sur la base du cours actuel de la réouverture aux États-Unis, “les décès au cours des deux prochains mois pourraient dépasser de plus de deux fois les décès cumulés actuels”.
» Cela signifie que les deux prochains mois aux États-Unis pourraient voir 200 000 décès supplémentaires en plus des 100 000 qui se sont déjà produits. »

• Tout cela bien compris, on peut se poser la question : Trump s’en fiche-t-il vraiment ? Croit-il vraiment que la pandémie est derrière nous, et même qu’il y a une pandémie après tout ? Il faut s’habituer à ne pas poser ces questions puisqu’en vérité Trump ne croit rien, il change de position au gré des vents, il fait au jour le jour, sans souci des contradictions, mensonges, simulacres, etc., comptant sur ses tweets et sa très-grande gueule de communicant sans pareil pour imposer la vue du jour.

Ainsi de la mesure qu’il a ordonnée vis-à-vis du Brésil...

Effectivement, la mesure ordonnée hier par Trump  d’interdire l’entrée sur le territoire national de toute personne, – sauf les citoyens américains, – venant du Brésil indique bien la crainte d’une relance de la pandémie. Certes, le Brésil connaît actuellement une expansion très importante de personnes infectées et de décès, devenant en nombre de cas le deuxième pays au monde après les USA, dans une Amérique du Sud identifiée par l’OMS comme le nouveau foyer principal de la pandémie.

Mais le cas est également particulier, et dans une certaine mesure également symbolique, du fait que le président Bolsanaro du Brésil s’affiche comme un homme politique extrêmement proche des USA de Trump, et de Trump lui-même ; et  qu’il nie, un peu à la manière de Trump mais avec encore plus d’effronterie, aussi bien la gravité de la maladie, que les mesures prises pour lutter contre elle, que les bilans eux-mêmes. (Bolsanaro a vu son pouvoir largement contesté et ne peut rien contre les décisions des gouverneurs de région, appuyés par les militaires.) Certes, il fait dire qu’il juge la mesure décidée par Trump contre les personnes venant du Brésil comme très normale et certainement pas inamicale ; il n’empêche qu’elle est de facto une contestation des affirmations de Bolsanaro et, indirectement, une contestation par Trump de ses propres méthodes puisque Bolsanaro prétend appliquer les méthodes de Trump... 

« Le Brésil a fait savoir qu'il ne contesterait pas cette mesure, avec Filipe Martins, conseiller en affaires internationales du président brésilien Jair Bolsonaro, faisant remarquer que les États-Unis ont “suivi les paramètres quantitatifs précédemment établis” en imposant l'interdiction de voyager.
» “Il n'y a rien de spécifique contre le Brésil. Ignorez l'hystérie dans les médias”, a  tweeté Martins. [...]
» Le leader brésilien, surnommé “le Trump des Tropiques”, s'est toujours opposé à des restrictions strictes sur les coronavirus, accusant ses adversaires d'avoir exagéré la crise pour des raisons politiques dès le début de l'épidémie. Critiquant ouvertement les mesures de confinement, Bolsonaro a même été victime d’une censure de Twitter fin mars. Dans un geste sans précédent, la plateforme a supprimé plusieurs des messages du leader brésilien dans lesquels il visait les autorités locales pour avoir ordonné la fermeture d’entreprises non essentielles. »

... Mais bien entendu, Trump se fiche bien de Bolsanaro dès qu’il s’agit de conforter sa propre position et la décision d’interdiction d’entrée contre toute personne venant du Brésil montre évidemment qu’il n’est nullement assuré des certitudes qu’il clame sur la fin de la pandémie aux USA, voire sur la validité de la façon dont elle est combattue et les bilans qu’on en fait. Trump se fiche bien de savoir ce qui est vrai ou pas, bien entendu, et dans le cas brésilien il agit dans le seul intérêt de sa position vis-à-vis de la situation US. Il n’empêche qu’il fragilise ainsi considérablement la position de Bolsanaro contre ses opposants brésiliens dans la crise Covid19, où Bolsonaro justifie l’essentiel de sa position sur l’exemple-Trump.

• D’une façon générale, l’attitude de Trump correspond pourtant à un flux général des situations qui place de plus en plus les USA à part du reste du monde, alors que les USA auraient tant voulu mener le reste du monde contre une Chine qu’ils accusent de tous les péchés et complots et qu’ils voudraient isoler. Au contraire, tel qu’on interprète la dynamique en cours ce sont les USA qui deviennent conceptuellement isolés, mais dans le sens d’être à part. D’une façon générale, il y a une pandémie générale avec divers cas, une progression générale, etc. On y inclus certes les USA, mais les USA tendent eux-mêmes à se mettre à part de cette vision générale et intégrée, et d’ailleurs Trump, même s’il a une méthode contestée aux USA, raisonne de cette même façon à la fois isolationniste et exceptionnaliste qui est la conception archi-dominante aux USA.

De cette façon, le chiffre symbolique de 100 000 morts, supérieur à toutes les pertes essuyées dans la plupart des guerres extérieures par les USA, et qui ne le cèdent finalement comme catastrophe humaine qu’à la grippe espagnole d’il y a un siècle (500 000 morts), à la terrible Guerre de Sécession (212 000 morts au combat) et à la plus grande guerre des USA qui établit leur empire sur le monde (la Deuxième Guerre mondiale, avec 291 000 morts au combat) (*), est un tribut morbide à cette isolationnisme et à cet exceptionnalisme. (Peut-être, si les prévisions pessimistes de l’Imperial College de Londres se confirment et se poursuivent, les décès dues à Covid19 approcheront ceux des plus grandes catastrophes essuyées par les USA.)

Il s’agit de bien plus qu’une observation statistique ou un facteur de crise sanitaire ; on trouve dans cette perception (isolationnisme & exceptionnalisme) un symbole de plus que ce qui survient aux USA dans cette crise mondiale est très spécifique aux USA. Alors qu’il s’agit d’une grave crise sanitaire dans le reste du monde, aux USA la crise sanitaire tend à devenir une crise ontologique et identitaire à la fois. Elle entre de plus en plus dans un champ de contestation sacrilège du caractère d’invincibilité et de vertu morale des USA (correspondant aux caractères psychologiques d’inculpabilité et d’indéfectibilité). La pandémie aux USA est de plus en plus perçue comme une attaque directe contre les caractères estimés à nuls autres pareils de l’exceptionnelle Amérique, par les citoyens et les dirigeants américanistes eux-mêmes, et indirectement, par entraînement sinon suggestion, par le reste du monde.

Cette idée d’exceptionnalité, qui imprègne toute l’histoire des USA, est devenue un fait majeur depuis l’attaque du 11-septembre, comme en avait témoigné en octobre 2004 le journaliste et auteur Ron Suskind recevant en 2002 les confidences du conseiller en communication de GW Bush,Karl Rove : « Nous sommes un empire maintenant et quand nous agissons nous créons notre propre réalité. Et alors que vous étudierez cette réalité, – judicieusement, si vous voulez, – nous agirons de nouveau, créant d’autres nouvelles réalités, que vous pourrez à nouveau étudier, et c’est ainsi que continuerons les choses. Nous sommes [les créateurs]  de l’histoire... Et vous, vous tous, il ne vous restera qu’à étudier ce que nous avons  [créé]. »

Il semble bien que Covid19 n’était pas informé de la chose.

Note

(*)  Ces chiffres sont bien, pour les guerres, ceux des soldats morts au combat. Si l’on ajoute les autres pertes et celles des civils, on atteint 750 000 morts pour la Guerre de Sécession, 405 000 morts pour la Deuxième Guerre mondiale et 116 000 pour la Grande Guerre.

Mis en ligne le 25 mai 2020 à 14H58

Donations

Nous avons récolté 1341 € sur 3000 €

 

....ce 28.05.20...je refais un don de 100 euros....

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

 

14 mai 2020 – Il y a beaucoup de dissipation au sein d’institutions et personnalités diverses, qui devraient pourtant être unies dans la fidélité-Système au dogme de notre-UE et de l’européisme. L’on ne sait plus exactement ce qu’est être pro-Système, et ainsi se retrouve-t-on antiSystème sans l’avoir voulu ni y avoir vraiment songé.

L’actuelle fureur tourne autour de la décision des juges de la Cour Constitutionnelle allemande de Karlsruhe, il y a une décade, le 5 mai. Cette affaire a fait grand bruit, comme il se doit, et laisse présager des jours bien difficiles pour l’UE puisqu’elle place cette organisation dans le viseur de la plus haute autorité juridique de son principal membre.

Pour certains, “la messe est dite”... C’est le cas de Régis de Castelnau qui publie, sur son site VuduDroit deux analyses de Philippe Prigent avocat la cour de Paris et de Sébastien Cochard, conseiller de banque centrale, pour commenter cet arrêt de la Cour Constitutionnelle de Karlsruhe. Il présente ces deux textes très détaillés, qu’il faut lire si l’on veut connaître tous les détours de cette affaire, par ces quelques paragraphes résumant fort bien le propos :

« Dans un article publié sur son blog le 21 avril dernier intitulé “Euro, le miracle ou la mort”  Frédéric Lordon disait la chose suivante :
» “Pour que l’euro ne termine pas cette fois, il ne reste qu’une possibilité hors la stratégie ‘cierges et miracle’ : que l’Allemagne, elle aussi, soit contrainte à cette solution de l’annulation des dettes pour éviter d’y rester comme les copains. La seule chose qui puisse sauver l’euro, c’est que l’Allemagne se voie elle-même incapable d’accommoder le choc titanesque dans le cadre de ses propres prescriptions. Et qu’elle aussi se trouve en situation de devoir arbitrer entre le maintien de ses principes et la préservation de ses intérêts essentiels — entendre : contenir la dislocation économique et sociale. Ce dont l’Allemagne est rigoureusement incapable — transacter sur ses principes avec les autres — peut-être le peut-elle avec elle-même. Encore faudrait-il qu’elle rende le bon arbitrage, qu’elle le rende suffisamment vite et suffisamment fort pour que d’autres n’y soient pas passés avant et que tout n’ait pas explosé avant la Pentecôte allemande. Alors, et alors seulement, l’euro aurait une dernière, une ultime chance.”
» Il est plus que probable que la mort de l’euro entraînera rapidement la désintégration de l’UE.
» En pleine crise du COVID, la Cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe vient de rendre le 5 mai une décision extraordinaire dans laquelle elle montre que la voie germanique sera celle du refus de la solidarité européenne. Pour faire simple, cette juridiction a posé le principe de la supériorité du droit allemand sur le droit européen supranational. L’arbitrage dont parle Lordon semblent bien avoir été rendu par l’arrêt du 5 mai. En faveur des seuls intérêts de l’Allemagne.
» Et il ne faut pas se tromper, la cour suprême allemande n’a pas pris cette décision de près de 80 pages pour des raisons d’opportunité politique ou économique mais bien pour des raisons de principe juridique. On dirait bien que la messe est dite. »

Braquage de la BCE

Les Juges allemands mettaient en cause les décisions de la BCE à partir de l’accord difficilement atteint par les chefs d’État et de gouvernement de l’UE, pour tenter de traiter la crise monstrueuse ouverte par les conséquences budgétaires du Covid19. Il s’agit d’une méthode déjà appliquée et que les Juges allemands avaient déjà très fortement critiquée en 2017 et 2018. Prigent-Cochard présentent la chose de cette façon, pour Castelnau, sur la référence déjà citée :

 « En janvier 2015, passage à l’acte : sept ans après les plans de rachats de dette massifs des Etats-Unis, de la Grande Bretagne et du Japon, 22 ans après l’interdiction Maastrichtienne, la zone euro a enfin son programme de rachats de dette publiques, son “assouplissement quantitatif” (QE), obtenu par Mario Draghi malgré l’opposition allemande et dénommé ‘Public Securities Purchasing Programme’ (PSPP), qui a fait l’objet de l’arrêt de Karlsruhe le 5 mai.
» Officiellement, il s’agit de soutenir l’inflation, alors que cette dernière est en passe de devenir négative (seul mandat de la BCE : la stabilité des prix). En réalité, il s’agit bien de réduire la pression des dettes publiques, en violant ainsi, sinon la lettre (rachats sur le marché secondaire et non directement à l’émission) mais du moins l’esprit de l’interdiction de financement monétaire. »

Le 5 mai, la Cour a donné trois mois aux institutions européennes (Banque Centrale Européenne [BCE] et Commission) pour justifier leur décision qu’elle ne peut en aucune façon et en l’occurrence accepter en l’état. La Cour rappelait sa propre position selon laquelle c’est elle qui détient l’autorité juridique suprême en Allemagne, et non les institutions européennes, notamment la Cour Européenne ; elle rappelait à la BCE et au reste des institutionnels-UE leur très faible légitimité, notamment démocratique, ce qui renforçait la première assertion mais surtout portait implicitement la critique au cœur de la crise européenne.

Une bataille sévère

Ce qui fut aussitôt remarquable dans cette affaire, avec une réponse circonstanciée et très ferme de l’UE (de la Commission européenne), c’est que la querelle est aussitôt passée au niveau le plus virulent et le plus sonore de communication, alors qu’elle oppose deux très grands acteurs du concert (?), qui ont l’habitude de jouer la même partition, toujours en très bonne coopération et parfois jusqu’à une excellente complicité. Le sel de l’affaire est également dans ceci que c’est la Commission qui a répondu, que la présidente de la Commission est allemande, qu’elle était membre du gouvernement Merkel il y a moins d’un an, et  certainement l’un des plus beaux fleurons de la direction allemande. Pour l’instant, rien n’est dit à ce propos, mais il paraît après tout fort possible que ce facteur joue un rôle, et l’on ne sait éventuellement dans quel sens. (De même, la position du gouvernement allemand vis-à-vis de la décision des Juges est pour l’instant une inconnue, de laquelle on se tirerait aisément en suggérant tout simplement qu’il est divisé.)

Voici  quelques mots sur l’intervention de la présidente de la Commission européenne :

« Dans une déclaration publiée le 10 mai, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a évoqué une possible procédure contre l’Allemagne à la suite du jugement rendu par sa cour suprême contre la BCE. 
» Se laissant le temps d'étudier en détail la décision allemande, la présidente de la Commission prévient que l'institution examinera, à l'issue de cette évaluation, “de possibles prochaines étapes, qui pourraient inclure l'option d'une procédure d'infraction”. Ursula von der Leyen avait déjà annoncé qu’elle prenait cette affaire “très au sérieux” dans une réponse écrite à une question de l'eurodéputé écologiste allemand Sven Giegold, qui a publié cette lettre sur son compte Twitter, quelques heures avant le communiqué de Bruxelles. »

L’affaire ne s’est pas arrêtée là entre les deux protagonistes, alors que certains gouvernements de pays de l’UE intervenaient : Bruno Le Maire, pour la France et pour condamner la décision des juges ; le Premier ministre polonais, eurosceptique et adversaire du centralisme bruxellois, pour approuver bien entendu sa voisine allemande, au plus mauvais des propos.

Entretemps, et très rapidement, et sans la moindre retenue, les juges eux-mêmes sont sortis de leur cadre traditionnel caractérisé par une extrême discrétion et sont intervenus dans la presse. Ils ont nettement réaffirmé la position de la Cour, parfois avec des mots assez imagés qui montrent bien la vigueur de la polémique et leur volonté de ne pas s’en laisser conter. Ainsi, lorsqu’un juge signale aux dirigeants de la BCE qu’il serait temps qu’ils réalisent qu’ils ne font pas partie des “Masters of the Universe”, selon l’expression polémique qu’on emploie pour désigner les puissances financières globalistes, de Wall Street à Bruxelles. On observera ainsi combien l’un des juges (Huber), celui qui emploie cette expression, est attentif à mettre en évidence l’absence de légitimité (démocratique et autres) des institutions européennes, par conséquent la légitimité conservée par les organismes juridiques nationaux dont lui-même fait partie. On comprendra qu’on lise dans l’emploi de ces termes une détermination qui n’est pas particulièrement, ni européiste au sens-UE ni globaliste, – dans tous cas aussitôt entendus et interprétés de la sorte, tels que les rapporte ZeroHedge.com :

« Une semaine après que la Cour Constitutionnelle allemande ait déclenché une crise en mettant en cause la légalité de l’assouplissement quantitatif de la BCE, suscitant ainsi une réaction de colère de la part de l'UE et de la BCE, les membres de la Cour ont continué à défendre leur décision remettant en question la constitutionnalité du programme de rachat d’actifs de la BCE, et affirmant que les Cours nationales ont un rôle de surveillance, même s’il est limité, sur les juges de l'Union.

» Comme le rapporte  Bloomberg, Peter Huber, qui a rédigé la décision de la semaine dernière pour la Cour Constitutionnelle allemande, a déclaré que les juges voulaient que la BCE prenne la responsabilité du programme de rachat d’actifs et l’explique aux personnes affectées négativement, comme tous ces épargnants allemands qui doivent payer leur banque pour conserver leur argent. Dans une autre interview accordée à un journal, son collègue Andreas Vosskuhle a nié que la cour suprême de l'UE ait toujours le dernier mot en matière de loi pour les régions concernées.

» “Cette décision est bonne pour l'Europe car elle renforce l’État de droit”, a déclaré Vosskuhle à Die Zeit. Les décisions des tribunaux nationaux “sont légitimes et les tribunaux sont tenus d’intervenir dans les cas rares et exceptionnels où les institutions de l’UE transgressent gravement leurs pouvoirs”.

» M. Huber a également déclaré que le tribunal allemand ne veut que la preuve que le programme d'assouplissement quantitatif de la BCE est conforme à son mandat. La banque centrale doit montrer qu’elle n’a pas outrepassé ses pouvoirs, car elle n’a pas le droit de prendre des mesures simplement parce que l’Europe est en crise : “Le message adressé à la BCE est en fait homéopathique”, a déclaré Huber mardi sur le site Internet du Sueddeutsche Zeitung. “Elle ne devrait pas se considérer comme un des ‘maître de l'univers’. Une institution comme la BCE, qui n’est que faiblement légitimée démocratiquement, n’est acceptable que si elle respecte strictement les responsabilités qui lui sont assignées”. »

Plus loin, on mesure effectivement la singularité des positions, jusqu’au même Huber remarquant que la décision de la Cour a été applaudi “par le mauvais côté” (les Polonais et les Hongrois, ennemis du centralisme bruxellois, alors que les juges se défendent absolument d’une telle hostilité, mais veulent que les institutions européennes fonctionnent à plein, mais dans le cadre qui est le leur, – un “mais” qui annule l’autre). On voit qu’il y a là un grand désordre Système-antiSystème, sur lequel nous reviendrons plus loin.  

« “Il s’agit d'un défi direct à l’autorité centrale de la [Cour Européenne de Justice], dans un contexte où la Pologne et la Hongrie sont également soumises à l’examen de la Cour pour leurs diverses infractions au principe de l’État de droit”, a déclaré Sébastien Platon, professeur de droit public à l’Université de Bordeaux. “Rejeter cela, c’est rejeter l’objectif même de cette cour”.
» Contrairement à la Pologne ou à la Hongrie, les juges allemands disent ne pas vouloir empêcher la Cour européenne de contrôler les institutions de la région... “Nous avons reçu beaucoup d’applaudissements qui venaient du mauvais côté”, a déclaré M. Huber, en référence aux commentaires du gouvernement polonais qui se félicite de la décision allemande.
» Les juges allemands acceptent le rôle de la Cour suprême de l'Union européenne et n’interviendront que dans des cas exceptionnels, a déclaré M. Huber. “Nous voulons que la Cour suprême de l'UE fasse mieux son travail”, a déclaré le juge. »

Mise au net à l’allemande

« Nous voulons que la Cour suprême de l'UE fasse mieux son travail », nous dit le juge allemand Huber. Si l’on sollicite l’image du verre à moitié plein ou à moitié vide, on peut vite traduire que le juge Huber, qui affirme que la Cour (et l’Allemagne par conséquent) ne cherche qu’à faire mieux “travailler” les institutions européennes, dit également que la Cour Constitutionnelle allemande, en toute légitimité, s’arroge le droit et l’autorité de dire aux institutions européennes quelles sont les limites dans lesquelles elles doivent “travailler” pour “travailler” mieux, ce qui implique que la Cour allemande se reconnaît le droit et l’autorité supérieures à ceux de ces institutions.

Ce n’est nullement une querelle de forme limitée à la forme mais une querelle de forme qui nous conduit sur le fond à l’essentiel. Elle est menée à l’allemande, en bon ordre et au pas cadencé, en respectant les règles, sans excès mais avec quelques piques très lisibles et significatives (“vous n’êtes pas ‘The Masters of Universe’”). Elle met au net les prérogatives et les légitimités des uns et des autres, – et l’on voit dans quel sens...

Là-dessus surgit une intervention inattendue et quelque peu explosive, – celle de George Soros, un authentique Master of the Universe, lui. Pour une fois, sa cible n’est pas à trouver dans les “fascistes” à la sauce postmoderne type-Pologne et Hongrie, mais bien avec l’Allemagne et sa Cour de Karlsruhe, – « the most highly respected institution in Germany » selon Soros. (Il s’agit l’interview présentée comme ayant été donnée au Guardian et qu’on retrouve dans  ZeroHedge.com, comme une reprise d’une  interview du 11 mai de Gregor Peter Schmitz deProject Syndicate.) Il s’agit là, dans le contexte, d’un événement tout à fait remarquable et absolkument sympathique, comme taillé sur mesure pour ajouter chaos & confusion à la confusion et au chaos régnant déjà..

Un article d’Alexandre Keller, dans Spoutnik-français du 13 mai 2020, reprend toute l’affaire de l’intervention de Soros dans le cadre général de l’intervention de la Cour de Karlsruhe, pour mieux définir la position du grand homme et s’interroger sur sa légitimité dans la circonstance. Le titre de l’article, où l’on retrouve des éléments déjà mentionnés en plus de l’intervention de Pierre-Antoine Plaquevent, spécialiste de Soros, est celui-ci : « Conflit UE-Allemagne: George Soros veut-il une “gouvernance de milliardaires contre les peuples” ? » Nous reprenons cet article ci-après.

L’auto-légitimité de Soros

 « “Je suis particulièrement préoccupé par la survie de l’UE, parce que c’est une union incomplète. Elle était en train d’être créée. Mais le processus n’a pas été accompli et cela rend l’Europe exceptionnellement vulnérable.”
» La mise en garde est de George Soros. Mais n’aurait-il pas mieux fait de rester dans l’ombre? En alertant sur le  risque de disparition de l’Union européenne dans les colonnes du Guardian le 12 mai, le milliardaire a braqué les projecteurs sur lui.
» Contacté par Sputnik, Pierre-Antoine Plaquevent, auteur de l’essai ‘Soros et la société ouverte, métapolitique du globalisme’ (Éd. Retour aux sources), évoque une nouvelle étape dans la stratégie de ce qu’il qualifie de “gouvernance globale”. “George Soros, c’est l’émergence d’un acteur politique qui se juge lui-même chargé d’une mission, même s’il n’est pas élu et si les gens se demandent d’où il sort”, explique-t-il au sujet du milliardaire qui pilote depuis son Open Society Foundation (OSF) une myriade d’ONG très actives dans le domaine politique, humanitaire, mais aussi dans celui de la fabrique de l’opinion publique via les médias.
» “C’est un acteur qui a avancé dissimulé, de façon furtive, pendant des décennies, aux yeux du grand public, et qui désormais a décidé d’émerger de plus en plus. Le problème, c’est sa légitimité à peser sur les grandes décisions, notamment dans les institutions européennes”, déplore Pierre-Antoine Plaquevent.
» De fait, dans cette longue interview au quotidien britannique, l’homme d’affaires hongrois fustige la décision du 5 mai dernier prise par la Cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe. La plus haute juridiction allemande avait alors exigé que la Banque centrale allemande cesse d’ici à trois mois d’acheter des emprunts d’État de la zone euro pour le compte de la Banque centrale européenne (BCE), sauf, ont précisé les juges, si cette dernière était bel et bien en mesure de prouver que ces rachats de titres de dette souverains étaient justifiés.
» Dans le cas contraire, la Bundesbank serait obligée, du fait même de ce jugement, de cesser son programme d’achats de titres. En clair: l’Allemagne, par la voix de ses juges constitutionnels, s’inquiète toujours autant d’avoir à financer le déficit budgétaire de ses voisins. L’Italie a ainsi accumulé une créance de l’ordre de €1 000 milliards dans le cadre des rachats de titre de dette par les Banques centrales nationales sous l’égide de la BCE.
» Pour George Soros, c’est tout simplement une catastrophe. “Le jugement [de Karlsruhe]constitue une menace qui pourrait aboutir à la destruction de l’Union européenne en tant qu’institution fondée sur le droit», a-t-il fait valoir dans le Guardian. Et de poursuivre par un raisonnement quelque peu tortueux: “Précisément parce que [ce jugement]a été rendu par la Cour constitutionnelle allemande, qui est l’institution la plus respectée en Allemagne”. Traduire: les institutions nationales historiques, pourtant beaucoup plus directement démocratiques, devraient s’incliner face au droit européen. C’est d’ailleurs le sens de la déclaration le 10 mai de la présidente de la Commission européenne, l’Allemande Ursula von der Leyen. “Nous examinons de possibles prochaines étapes allant jusqu’à une procédure pour infraction aux traités européens”, a-t-elle prévenu. Et la patronne de l’exécutif européen de faire acte d’autorité :
» “Je peux vous le garantir : la politique monétaire dans l’Union relève d’une compétence exclusive, le droit européen prévaut sur le droit national.”
» Ainsi, Ursula von der Leyen tance-t-elle la Cour Constitutionnelle allemande sans aucun mandat démocratique direct des Allemands eux-mêmes. Pas sûr que Berlin, qui – au rebours de la France – a conservé la prééminence de sa Constitution sur le droit communautaire, apprécie.
» L’épisode du coronavirus aura-t-il fini de faire tomber les masques ? À mesure que l’UE s’enfonce dans la paralysie, sa nature antidémocratique –pour ne pas dire oligarchique– apparaît. À Bruxelles, les groupes de pression ont pris le dessus sur les peuples, selon Pierre-Antoine Plaquevent.
» Comme il le pointe dans son ouvrage Soros et la société ouverte, George Soros exerce via sa fondation Open Society, ses ONG et autres think tanks affiliés, un lobbying intense auprès des institutions européennes et de leurs élites. C’est le cas du Parlement européen : le piratage de fichiers internes de l’Open Society Foundation en 2016 avait révélé l’existence d’un document de travail interne intitulé “Reliable allies in the European Parliament” (“Alliés fiables [de l’OSF]au Parlement européen”). Y étaient recensés quelque 226 des 751 députés européens susceptibles de promouvoir les valeurs mondialistes de George Soros, parmi lesquelles un monde sans frontières et une ‘société ouverte’ sans État comme ‘cadre’ de l’exercice de démocratie.
» “Le projet de Soros, c’est un mode de gestion de l’humanité par des personnalités non élues. Bill Gates est une sorte de ministre qui s’occupe de la santé sans aucun diplôme en médecine et promeut la vaccination à l’échelle planétaire, George Soros de la philanthropie en faveur des migrants. […]C’est une sorte de gouvernement qui passe par-dessus les États”, explique Pierre-Antoine Plaquevent.
» Autre preuve de l’entrisme tous azimuts de l’OSF, l’ONG European Center for Law and Justice dévoilait  une liste de juges  de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) ayant des liens avérés avec la galaxie Soros. “C’est vraiment utiliser le droit international pour le détourner et ligoter les États. Ce document sur les juges de la CEDH démontre que l’OSF met ses hommes partout”, constate-t-il. Et d’ajouter : “Tout l’enjeu, c’est de savoir quelle va être la forme de l’ordre mondial dans les années à venir.” »

AntiSystème, ruines & poussières

Les déclarations de Soros, qui sont réellement explosives, n’ont guère attiré l’attention, notamment parce qu’elles sont noyées dans le cadre d’une interview qui aborde de nombreux sujets, – Covid19, la situation aux USA avec les élections USA2020, etc. Pourtant, dans le cadre de la décision de la Cour de Karlsruhe, qui est commentée par Soros comme catastrophique, elle a une importance majeure, effectivement en mettant en évidence le rôle de Soros avec ses diverses machinations autour de l’UE et dans l’UE. L’intérêt de cette situation est bien entendu que Soros est vivement frappé par une décision majeure de la Cour de Karlsruhe, d’une Allemagne qui est normalement une alliée objective et sans faille de ses divers projets.

Or, la décision du 5 mai de la Cour de Karlsruhe, qui est parfaitement expliquée dans tous ses aspects par les invités de Castelnau (Prigent-Cochard), nous place devant cette alternative absolument diabolique pour le  diable-Soros, selon ce qu’il en sortira, selon que cette décision sera repoussée ou acceptée : « En résumé, soit l’Allemagne sort de l’euro[si la décision du 5 mai est rejetée],soit l’Allemagne reste car elle aura eu gain de cause avec la BCE. Mais dans ce cas la France et l’Italie doivent, elles, sortir [de l’euro]pour reprendre le contrôle de leur banque centrale afin de rendre leur dette soutenable. Cette opposition frontale est irréductible. Dans ce contexte, la meilleure solution collective serait une planification concertée du démantèlement de la zone euro.
» Mais, comme l’a théorisé Hegel, l’Histoire est avant tout tragique. »

... “Tragique” certes, mais aussi un peu tragique-bouffe. C’est une situation bouffonne, après tout, que de voir Soros s’élever contre « the most highly respected institution in Germany », – quelque chose qui s’est toujours trouvée à ses côtés, pour le même combat, et qui soudain tient dans la situation la place d’un Salvini ou d’un Orban ! En effet, ceci est remarquable dans le tourbillon crisique du 5 mai que nous avons décrit : il n’y a aucun des usual suspects ; aucun populiste, aucun pro-russe déguisé en “lutin des légendes scandinaves” (nommé troll), aucun extrémiste de droite/anti-migrant, aucun gouvernement avec la Liga ni même de simulacre-Syriza, aucun comploteur d’un exit hors de l’UE.

Ainsi Covid19, – puisqu’au départ, dans les écroulements budgétaires divers, il y a bien entendu et évidemment Covid19, – poursuit-il sa mission de déstructuration, en brouillant les pistes avec une incroyable maestria.

Dans ce ballet furieux, vous ne distinguez plus où se situent le Système, les intérêts du Système, l’objectif du Système, l’hybris du Système, et vous en venez à conclure que la somme de toutes ces incertitudes où s’entrechoquent des magistrats de la démocratie européiste exemplaire, des dirigeants institutionnels de l’UE, des “Masters of the Universe”, finit par produire un tohu-bohu et un chaos nécessairement antiSystème. En effet, tous ils participent à ces agitations qui dérangent l’ordre imposé par le système et nécessaire au Système. C’est cela que nous entendons lorsque nous écrivons (lorsque  PhG écrit) « Pour dire autrement, désormais tout le monde est ou sera antiSystème...[...] Effectivement, tout le monde devient antiSystème et chacun se dit être antiSystème dans ce chaos puisque le Système dans son propre désordre devient ruines & poussières. »

Nous ne sommes pas là pour vous dire qui l’emportera, des juges de la Cour de Karlsruhe, de madame la Présidente de la Commission, du complotiste diabolique de la “Société Ouverte”. Eux-mêmes ne savent plus qui ils sont, ce qu’ils font, et pourquoi ils font ce qu’ils font ; même le Système leur semble parfois antiSystème.  

«Fitzgerald y a distillé la plus belle musique du monde: le ­pessimisme de la frivolité», estime Frédéric Beigbeder. François BOUCHON

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

 

La semaine dernière, nous rêvions avec Colette dans les brumes d’une fumerie d’opium parisienne en 1932 (Le Pur et l’Impur). Deux ans après ce «voguant souvenir de nuits», Scribner publiait aux États-Unis un autre roman noctambule, Tender Is the Night. Chef-d’œuvre de mélancolie, cette histoire d’un couple détruit par l’alcool et la dépression fut logiquement un bide commercial à sa publication en 1934. L’auteur, un fêtard new-yorkais de 38 ans ayant passé les années 1920 à picoler avec son épouse à Paris et à l’hôtel Belles Rives du Cap-d’Antibes, tente d’y transformer sa vie en fiction. Mais entre-temps le krach de 1929 a démodé les noceurs. Dans les années 1930 aussi, on distinguait le monde d’avant et le monde d’après.

Dick Diver est un psychiatre américain marié à une folle prénommée Nicole. Sur la Côte d’Azur, une comédienne tombe amoureuse de lui: Rosemary Hoyt, 18 ans. Nicole, de son côté, couche avec Tom Barban, un militaire. Ils finissent tous au bout du rouleau. En fait ce livre est somptueusement sinistre ; dans ce remake de Madame Bovary ou d’Anna Karenine, tous les personnages souffrent dans des robes légères, sur fond de crépuscule mauve, au bord de la Méditerranée.

L’amour n’existe pas dans le présent. Seuls comptent le désir (l’amour futur) et la nostalgie (l’amour passé)

Tendre est la nuit est habilement construit autour d’un flash-back qui donne toute son ironie au titre de Keats. Rien n’est tendre dans cette tragédie: cette décomposition d’un mariage semble irrémédiable, comme une malédiction. Le psychiatre ne parviendra jamais à guérir sa femme de sa schizophrénie - Fitzgerald non plus. C’est une sorte de Drieu La Rochelle américain, avec la même fascination pour les femmes riches. Mais les limousines ne font pas le bonheur, et la solution au désespoir ne peut pas être uniquement de boire du gin dans des palaces.

Il y a deux sortes de fanatiques de Fitzgerald: les gatsbistes et les diveristes. Ceux qui préfèrent Gatsby privilégient la côte Est américaine. Ceux qui choisissent les époux Diver élisent la Rivieria française. Mais les deux romans racontent la même chose: l’amour n’existe pas dans le présent. Seuls comptent le désir (l’amour futur) et la nostalgie (l’amour passé). Le destin tragique de Fitzgerald - mort à 44 ans - et de Zelda - morte à 47 ans - fut scellé par ce conte noir pour enfants tristes, prétendument inspiré par la vie de Gerald et Sara Murphy (dédicataires du roman) mais en réalité complètement autobiographique. Fitzgerald y a distillé la plus belle musique du monde: le pessimisme de la frivolité. Cette grâce déchue fait de Tendre est la nuit le roman le plus romantique du XXe siècle.

 
,

Tendre est la nuit, de Francis Scott Fitzgerald (1934). Plusieurs traductions existent: la nostalgie nous fait préférer celle de Jacques Tournier, même si celle de Philippe Jaworski, en Pléiade, est d’une précision inattaquable. Celle de Flammarion/FG (443 p., 7,90 €), traduite par Julie Wolkenstein, est la moins coûteuse.

» Suivez toutes les infos du Figaro culture sur Facebook et Twitter. » Retrouvez notre rubrique littérature sur Le Figaro Store.

 

 

 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>la totalité de l'Interview >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

 

EXTRAIT 

fin de l'interview

 

.........

..........

Comment vivront les gens dans ce nouveau Moyen Age?

La population mondiale évoluera vers trois catégories. Au sommet de la pyramide, on trouve les «hypernomades», capables d'utiliser librement et sans intervention étatique les technologies pour créer et manipuler l'information, les seuls à voyager physiquement sans cesse d'un continent à l'autre. Ils sont 200 à 300 millions. Au bas de la pyramide, les exclus: exclus de la société et des technologies, les «infranomades», qui ne voyagent que de quelques kilomètres, pour trouver de quoi manger. Dans trente ans, ils seront quelque 4 milliards, sur 9 milliards d'être humains. Et au milieu, une classe moyenne qui vivra par procuration, dans le virtuel, dans des distractions exacerbées par les nouvelles technologies, pour ne pas penser, ne pas se révolter, «nomades virtuels». C'est pour cette raison que le secteur des loisirs, de l'entertainment, prend une importance aussi considérable.

 

Vous pensez donc que la moitié de la population vivra par le réseau, dans le réseau?

Oui, le virtuel deviendra la norme de la classe moyenne, et le réel le signe du luxe. Mais c'est déjà très largement le cas.

Cet équilibre est-il tenable?

Non, les nouvelles technologies sont un piège pour les riches. Elles sont révolutionnaires. Parce qu'elles créent une transparence et une proximité, qui rendra, je l'espère en tout cas, les inégalités plus insupportables, parce que plus fortes et plus visibles. Dans le village global, on ne peut pas édifier de murs pour cacher définitivement la pauvreté. Les riches essaieront de tenir les pauvres à distance par la distraction. Mais les pauvres s'uniront, avec ou sans l'aide de riches, et ils viendront prendre leur part du formidable festin qui s'annonce. La distraction n'a jamais empêché la révolution.

 

 

 

CORRELATs

 

 

 

 

 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

 

Les symptômes neurologiques inquiétants observés chez certains patients atteints du Covid-19 pourraient être la conséquence d’une réaction inflammatoire exacerbée du système immunitaire, secondaire à l’infection virale. 209352544/jalisko - stock.adobe.com

 

DÉCRYPTAGE - Des troubles du comportement et des anomalies à l’imagerie cérébrale ont été identifiés chez certains patients. Par

Les soignants des services de réanimation en sont désormais convaincus: quelque chose cloche avec leurs patients Covid-19. Jusque-là, la communauté médicale pensait que le virus ne s’en prenait qu’aux voies respiratoires et digestives. Attaque se soldant, dans les cas les plus graves, par un syndrome de détresse respiratoire aigu. Mais, depuis quelques semaines, les médecins s’aperçoivent qu’une part non négligeable de leurs patients en réanimation présente également des symptômes neurologiques inquiétants. Ce qui ouvre la voie à une nouvelle hypothèse peu réjouissante: le virus pourrait aussi s’en prendre au cerveau et au système nerveux périphérique.

«Ce qui nous a très vite frappés, c’est que lorsque nous arrêtons la sédation la plupart de nos patients se retrouvent dans un état d’agitation et de confusion intense pendant plusieurs jours. C’est complètement inhabituel, on ne retrouve pas cela en temps normal», rapporte le Pr Julie Helms, médecin intensiviste-réanimateur au nouvel Hôpital civil de Strasbourg. Impossibilité de se situer dans le temps et dans l’espace ou de reconnaître les membres de sa famille, difficultés à effectuer certains gestes de la vie courante… Tous ces signes, très semblables d’un patient à l’autre, ont mis la puce à l’oreille des médecins. «Nous avons également constaté que beaucoup ont des anomalies au niveau des réflexes ostéo-tendineux: ils sont anormalement vifs.» Même constat à l’hôpital Bichat, à Paris. «Ce tableau confusionnel est présent à l’admission en réanimation chez environ 15 % des personnes», ajoute le Pr Romain Sonneville, médecin intensiviste-réanimateur et neurologue. Très récemment, une étude chinoise menée sur 214 patients a indiqué qu’un peu plus d’un tiers a présenté ce type de symptômes.

Nous observons des anomalies au niveau des méninges (tissu qui enveloppe le cerveau, NDLR), qui sont directement au contact du cortex cérébral

Pr Stéphane Kremer, neuroradiologie au CHU de Strasbourg

Pour savoir ce qui se trame dans la tête de leurs patients, les médecins strasbourgeois ont fait passer à treize d’entre eux - parmi les premiers cas graves accueillis dans leur service - une IRM cérébrale. Un exercice périlleux. «C’est très compliqué de faire passer cet examen à un patient intubé et ventilé. Ce n’est pas à prendre à la légère car cela lui fait courir un risque, sans compter que cela paralyse la machine pendant plusieurs heures en raison de la durée de l’examen et de la contamination de l’air dans la pièce», indique le Pr Helms.

Les résultats, publiés le 15 avril dans le New England Journal of Medicine, sont surprenants: deux tiers des patients ont une IRM anormale. «Nous observons des anomalies au niveau des méninges (tissu qui enveloppe le cerveau, NDLR), qui sont directement au contact du cortex cérébral», explique le Pr Stéphane Kremer, neuroradiologie au CHU de Strasbourg, qui témoigne n’avoir que «rarement vu cela dans une infection virale». «Ces anomalies sont assez proches de celles observées dans le cas d’une sclérose en plaques. Elles peuvent être liées soit à une inflammation, soit à une atteinte infectieuse», estime-t-il.

Signe supplémentaire que quelque chose de bizarre se trame: les médecins strasbourgeois se sont également aperçus que le débit sanguin cérébral n’était pas homogène selon les zones. De leur côté, les médecins de l’hôpital Bichat ont observé des lésions vasculaires, comme des petits accidents vasculaires cérébraux, chez certains patients. «Cela signifie que le virus entraîne peut-être une atteinte des petits vaisseaux cérébraux», analyse le Pr Sonneville.

L’enjeu est désormais de savoir si ces anomalies sont la conséquence d’une attaque directe du virus ou d’une atteinte inflammatoire, indirectement provoquée par l’infection. De précédentes études ont en tout cas montré que son proche cousin, le virus du Sras, est capable d’infecter le cerveau. Or les deux virus utilisent probablement la même porte d’entrée dans les cellules. Mais pour l’heure, les preuves manquent pour affirmer que ce nouveau virus est lui aussi neuro-invasif. «Nous avons réalisé des ponctions lombaires pour analyser le liquide céphalorachidien, dans lequel baignent le cerveau et la moelle épinière. Aucun échantillon ne contenait le virus, poursuit Julie Helms. En revanche, nous avons détecté des anomalies qui témoignent d’une inflammation.»

L’inflammation est le mécanisme par lequel le système immunitaire se défend contre un intrus. Et, dans le cas du Covid-19, de plus en plus de données semblent montrer que les formes graves de la maladie sont intimement liées à son dérèglement. «Nous pensons que les anomalies neurologiques observées sont la conséquence d’une inflammation exacerbée, secondaire à l’infection virale, indique le Pr Helms. Mais il faut rester très humble, nous en apprenons chaque jour un peu plus sur cette maladie.»

Des symptômes réversibles?

Comment être certain que ces dégâts cérébraux sont bien imputables au virus? Le Pr Philippe Montravers, du service d’anesthésie-réanimation à l’hôpital Bichat, reste prudent. «Les patients qui commencent à sortir de réanimation au bout d’un mois ont les séquelles neurologiques qu’on connaît bien chez ce type de patients en temps normal (ralentissement moteur et psychique, troubles de l’attention, somnolence…), il n’est pas possible de manière formelle de rattacher ces observations au virus, estime-t-il. Les produits de sédation que nous leur avons administrés pendant un mois, l’état de choc persistant, la très faible quantité d’oxygène que leur organisme a capté, l’inflammation aiguë et prolongée, les troubles de la coagulation… Tous ces éléments peuvent expliquer tout ou partie des symptômes actuels.» Cependant, argumente le Pr Julie Helms, à Strasbourg, «tous nos patients ne reçoivent pas les mêmes traitements, et pourtant ils présentent des symptômes très similaires. Par ailleurs, certains ont déjà des signes neurologiques au moment où ils arrivent à l’hôpital, avant même d’avoir pris le moindre médicament.»

Chez certains de nos patients, tout est rentré dans l’ordre en quelques jours, mais pas chez tous

Pr Julie Helms, médecin intensiviste-réanimateur au nouvel Hôpital civil de Strasbourg

Cette piste est d’ailleurs corroborée par plusieurs observations faites à l’étranger ces dernières semaines. Il y a le cas de ce Japonais de 24 ans, amené en urgence à l’hôpital début mars alors qu’il était inconscient et convulsait. Les médecins lui ont diagnostiqué une pneumonie doublée d’une méningite, et ont retrouvé du virus dans le liquide céphalorachidien (mais étrangement pas dans les prélèvements nasopharyngés). Aux États-Unis, des médecins ont décrit le premier cas d’encéphalopathie hémorragique nécrosante aiguë associée au virus chez une femme de 58 ans. En Chine, une équipe a rapporté un premier cas de syndrome de Guillain-Barré (maladie inflammatoire où le système immunitaire attaque les nerfs périphériques) chez une femme de 61 ans infectée par le virus, tandis qu’une autre a décrit un cas de paralysie brutale des membres inférieurs chez un homme de 66 ans.

Reste à savoir si ces symptômes seront réversibles et, si oui, s’ils laisseront des séquelles. «Chez certains de nos patients, tout est rentré dans l’ordre en quelques jours, mais pas chez tous, raconte le Pr Helms. Nous sommes en train de mettre en place un suivi pour savoir ce qu’ils deviennent et mieux comprendre ce qui s’est passé.» En parallèle, la Société française de neuroradiologie tente de réunir un maximum d’IRM réalisées en France chez des patients Covid-19 présentant des troubles neurologiques. «Nous en avons récupéré environ cent soixante depuis quinze jours et nous continuons d’en recevoir dix par jour, indique le Pr Kremer. Nous sommes en train de les analyser mais l’impression de nos collègues est la même partout: il se passe quelque chose d’anormal.»

 

Face au coronavirus, ces Français qui s’exposent pour servir les autres

 

 

CORRELATs

 

>>>>>>>>>>>>>LIBERATION>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

 

Le mariage pour tous fête ses cinq ans : une vingtaine d'homosexuel·le·s racontent leur jour J

Le 23 avril 2013, les députés adoptaient définitivement la loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de personnes de même sexe, dite loi Taubira. Après des centaines d'heures de débats douloureux, marqués par la libération d'une parole homophobe décomplexée dans les rangs de la droite conservatrice, les gays, les lesbiennes et les bis se sont appropriés cette institution dont ils étaient autrefois exclu.e.s. Ils fêtent cette année leurs noces de bois. Mêmes droits, mêmes cérémonies ? Propos recueillis par Florian Bardou et Catherine Mallaval

Article publié le 23 avril 2018

 

 

«La cérémonie mêlait un peu de nos engagements politiques, militants et amicaux»

 

Chris et Pascale (anthropologues urbaines), 59 ans toutes les deux, unies le 19 octobre 2013 à la mairie du XXe arrondissement de Paris

«On a le souvenir d’une cérémonie à la fois extrêmement festive et intense. On est des activistes, donc elle mêlait forcément un peu de nos engagements politiques, militants et amicaux. C’était aussi un vrai mariage d’amour : beaucoup de proches sont venus témoigner leur soutien. Quand nous sommes rentrées dans salle des mariages de la mairie, Pascale a levé le poing en signe de victoire tout en entonnant un grand "yahouu". Enfin, on y était après avoir beaucoup manifesté jusqu’au bout et sans trop croire que ce jour arriverait.

«On était aussi chacune au bras d’un des fils de Pascale et sa fille était là aussi, rayonnante et enceinte. C’était assez fort d’arriver ensemble avec nos gamin-e-s mais aussi nos cousin-e-s. A la sortie, toutes les copines de la Barbe se sont mises à faire une haie d’honneur : on est alors descendu-e.s dans les escaliers de la mairie entourées de barbues avant de jeter du riz de toutes les couleurs que l’on avait fabriqué nous-mêmes. Comme on a été mariées par une élue du XXe que l’on connaît bien, on se sentait vraiment en famille. Pour beaucoup d’amies lesbiennes, on a par ailleurs été les premières à se marier, c’est pour cela qu’il y avait sûrement cette intensité dans la salle. Parfois, on se dit qu’on a envie de revivre ce moment-là à nouveau.»

(Photo Fabienne Roumet)

 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

 

 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>><

 

et d'autres fëtes sur la m^me page ..à onsuter par vous MêMe si cela vous intéresse ...

>>>>>>>>>>>>>>>LIBERATION>>>>>>>>>>>>>>>

 

Par Nicolas Celnik

 

Pour la sociologue Marie Bergström, les sites de rencontres donnent une nouvelle liberté aux femmes. Même si sur Internet, l’amour répond à des logiques inégalitaires.

 

Le secret de l’amour au XXIe siècle a peut-être moins à voir avec la fragrance des roses qu’avec les données qu’on entre en s’inscrivant sur Meetic. Exploitant ces traces, la sociologue Marie Bergström a étudié nos relations amoureuses. Selon sa thèse, développée dans les Nouvelles Lois de l’amour. Sexualité, couple et rencontres au temps du numérique (La Découverte, 2019), les plateformes permettent aux femmes de s’émanciper des pressions qui persistent dans la société.

Pensez-vous, comme Eva Illouz, que l’on entre dans l’âge du «non-amour» ?

Une des thèses structurantes de l’œuvre d’Eva Illouz est qu’il y a une marchandisation de la rencontre et une rationalisation inédite des comportements amoureux et sexuels. Je pense que cette lecture repose en partie sur une vision mythifiée du passé. Assurément, sur les applications de rencontres, l’amour n’est pas aveugle : il y a dans la sélection des partenaires des formes d’inégalité et de concurrence. Cependant, j’essaie de montrer dans mes travaux que cela a toujours été le cas : des logiques sociales et économiques ont toujours traversé les rencontres, l’amour n’a jamais été désintéressé et la rencontre fortuite est un mythe. A mon sens, les plateformes mettent à nu les rouages de la rencontre, les logiques sociales qui la traversent, mais ne les inventent pas. La manière dont on vit une relation ne correspond pas forcément aux imaginaires amoureux. De mon point de vue, les applications bousculent surtout l’idéal de l’amour, et beaucoup moins sa pratique.

 
Mais les pratiques n’ont-elles pas changé pour devenir plus «instables» ?

L’amour, en tant que pratique, a énormément changé depuis les années 60. D’une part, on se met en couple plus tard, ce qui a ouvert une période de célibat de jeunesse. D’autre part, il y a une augmentation des séparations et des remises en couple. Aujourd’hui, la vie amoureuse se compose en plusieurs «chapitres», avec des enjeux différents. Il y a toutefois un risque à trop se focaliser sur les jeunes, dont les pratiques sont spécifiques. La jeunesse est un âge d’expérimentation, permise par l’allongement des études. On vit des expériences sans chercher forcément à être en couple. Mais cette période est souvent vécue comme une liberté en sursis : il faut profiter de sa jeunesse, tout en sachant que viendra un moment où il va falloir se ranger. Vers la trentaine ce modèle d’expérimentation cède la place à un modèle conjugal. Les aspirations et les injonctions à vivre à deux sont fortes, et une large majorité de personnes entrent en couple. Contrairement à ce que l’on dit parfois, il n’y a pas moins de gens aujourd’hui que par le passé qui vivent en couple au moins une fois dans leur vie, ni d’augmentation du célibat définitif. Certes, il y a plus de ruptures, mais ceux qui se séparent se remettent souvent rapidement en couple. On ne peut donc pas généraliser le moment particulier qu’est la jeunesse. Il n’y a pas de rejet de l’engagement, celui-ci est surtout reporté et renouvelé. D’ailleurs, il y a une tension autour de la trentaine parce que c’est une période de transition : on passe du modèle de la jeunesse à un modèle adulte associé au couple. Les filles entament cette transition plus tôt car - considérées plus «mûres» que les garçons - elles se mettent en couple à des âges plus jeunes. Cette période crée une tension entre les sexes. De là, on a trop souvent conclu une «guerre entre les sexes» : les femmes chercheraient l’amour et les hommes le sexe. C’est une vision schématique. Les désirs des femmes et des hommes dépendent des âges, et c’est surtout autour de la trentaine que le désaccord est si manifeste.

Vous dites que les applis permettent aux femmes d’expérimenter sans avoir à supporter le regard des autres…

Lorsqu’on cherche à définir la spécificité de ce mode de rencontre, on insiste beaucoup sur son caractère numérique ou marchand. J’ai une toute autre lecture. A mon sens, la véritable nouveauté réside dans une privatisation de la rencontre. Les plateformes permettent de rencontrer des personnes qu’on ne connaît pas par ailleurs, et qu’on ne risque pas de revoir. Cela entraîne une dissociation entre les lieux où l’on rencontre des partenaires amoureux et sexuels, et les lieux de sociabilité. Il s’agit d’une rupture importante. Jusqu’à aujourd’hui, les rencontres étaient associées aux lieux de vie : on se rencontre au travail ou lors des études, des loisirs ou des sorties. Il n’y a jamais eu de lieu dédié spécifiquement à la rencontre. Les rencontres peuvent se dérouler loin du regard de l’entourage, et cette privatisation est fondamentale. Elle permet aux jeunes d’expérimenter sans avoir à en rendre compte. Quant aux personnes âgées, elles peuvent rencontrer de nouveaux partenaires alors qu’il n’y a plus de célibataires dans leur entourage. Cette privatisation permet aussi d’accéder à une sexualité pour soi. C’est important pour ceux dont la sexualité est stigmatisée : ceux qui ont une pratique sexuelle minoritaire, mais aussi les femmes. Aujourd’hui encore, les pratiques sexuelles des femmes sont jugées plus sévèrement que celles des hommes.

Malgré la liberté des réseaux ?

Je ne pense pas qu’Internet ait fait tomber les tabous. De fait, je ne parle pas d’émancipation : si les applications facilitent l’accès des femmes à la sexualité, c’est justement parce qu’elles doivent faire attention. Avec les plateformes, les femmes peuvent répondre à une injonction contradictoire : il faut vivre des histoires et se découvrir, mais les femmes qui ont trop de partenaires sont stigmatisées. Ce contexte très inégalitaire explique en partie le succès des applications. Elles ne font pas disparaître les inégalités de genre ; on pourrait plutôt dire qu’elles en bénéficient.

 
Nicolas Celnik

Marie Bergström Les Nouvelles lois de l’amour La Découverte, 228 pp., 20 €.

 

 

CORRELATs

 

 

 

 

 

… Annotations du vendredi 24 avril 2020…

l'image de Clint renvoyait, jusqu'à ce jour, à l'article cité en CORRELATs

ce changement est capital concernant l' ENtre-DEUX fem-hom imaginé par l'auteur

… cet ENtre-DEUX ne peut inclure ni le NOUS ...ni l'Â .... l'absolu… le tout

 

 

…à compléter ....